Biographie

Biographie :  Isabelle Perrachon Muscienne intervenante percussionniste

Issue d’une famille ou les pratiques artistiques occupent une grande place, Isabelle Perrachon commence la musique par la découverte de la flûte traversière avant de plonger dans l’apprentissage des percussions africaines, afro-cubaines puis colombiennes, de la pratique du chant et de la danse. Passionnée par le rythme et les tambours elle se forme auprès de nombreux maîtres en France et à l’étranger (Burkina Faso, Canada).

Son envie de partager et transmettre la musique l’a d’abord amenée à s’orienter vers la pédagogie et le soin. Cela s’est concrétisé par le suivi d’un double cursus en psychologie (Université Lyon II, Université du Québec à Montréal - Niveau Master) et en musique en intégrant la classe de percussions afro-cubaines du conservatoire de Lyon. Enfin par l’obtention d’un DUMI (Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant) au CFMI de Lyon en 2011.

Depuis, elle crée des projets artistiques et musicaux principalement centrés sur le rythme et les percussions, dans un esprit d’ouverture et d’adaptation, à des publics très variés (enfants de tous âges, adultes, personnes en situation de handicap, demandeurs d’asile, entreprises…).
Son intérêt pour la danse l'amène en 2015 à co-créer le projet "Afrik'on danse", coffret CD/DVD pédagogique de danse africaine chez l'éditeur Lugdivine.

Parallèlement on la retrouve sur scène dans différentes formations artistiques. Elle participe à la création du spectacle musical jeune public « Dis-moi Papa » avec le groupe O’také qui sera joué dans la région Rhône-Alpes de 2010 à 2014 et donnera lieu à un livre / CD illustré. Puis en 2017, elle co-crée le duo musical « La calebasse qui sourit », joué actuellement pour un public de jeunes enfants.

Percussionniste professionnelle, elle intègre différents groupes de musique du monde. De 2008 à 2015 « O’také » (chansons swinguées et métissées), « Lomsha » (musique des Balkans) et actuellement le « Moyo Mbira Band » (musiques du Zimbabwe), « Valientes Gracias » (cumbia) et « Mama Cholita » (hommage aux musiciennes d’Amérique Latine).




HAUT